Hervé Sabattier en Articles en français, Poésie, beBee en Français HR Corporate Consultant - HR Interim Director • Maurel & Prom 16/11/2016 · 1 min de lectura · +600

Les Charognards


Les Charognards














Roi Lion dans la savane a chassé l’antilope,

Au jour et noblement, et l’a tuée de son sceau.

Repu et rassasié, il laisse aux interlopes

Les reliefs de son rôt, tripes et bas morceaux


Le premier qui s’immisce est le vilain chacal.

Fuyant, vif et sournois, il est couard mais malin

Et il sait se servir, en bon petit vassal

De quelques bouts de frais qui restent du festin.


Puis, dans le crépuscule, dans l’ombre qui descend,

Dans les pourpres du soir atténuant la fournaise,

On voit leurs yeux brillants et rouges et l’on entend

Le souffle haï de leur ricanement de niaises.


Ce sont les hyènes, les mauvaises, qui s’avancent

En troupeau, comme des zombies, car elles sont veules

Et n’ont pas le courage de rentrer dans la danse

Et d’aller à visage découvert et seules.


Et au même moment, on voit aussi descendre

Le crâne tout pelé et le bec recourbé

Les oiseaux du malheur, du fond du ciel de cendre,

Les noirs vautours aux serres exacerbées.


Fondant sur la charpie, du ciel et de la terre,

Ils dépècent le mort, la tête dans le sang

Broyant les os craquant, se disputant les nerfs

Et baignant dans les miasmes du corps pourrissant.


Quand tripes et boyaux s’en viennent à manquer

Ils se déchirent entre eux en resserrant les rangs

Pour protéger leur clan des autres efflanqués,

Vautours à coups de bec et hyènes à coups de dent.


Et puis ils disparaissent en laissant des débris

Putrides et puants et s’enfuient en hurlant

Et en volant dans l’ombre à leur sinistre abri

Où rien ne troublera leurs cauchemars de sang.


Partout sur cette terre, seuls les amis des rois

Seuls les preux et les fiers, qui prouvent leur valeur

Parce qu’ils ont des armes ont les morceaux de choix.

Mais les gueux dont le fiel n’égale que la peur


Doivent se contenter des restes du carnage,

Se battre morts de faim pour être charognards

Et ne laisser enfin du triste paysage

Que des miettes aux fourmis, aux vers et aux cafards




Hervé Sabattier - November 2016