Hervé Sabattier en Articles en français, Poésie, Bee Stories In English HR Corporate Consultant - HR Interim Director • Maurel & Prom 9/11/2016 · 2 min de lectura · +600

Pas de Refus! - Aux RH (aussi - et à l'Armée aussi) on s'amuse... N°2


Pas de Refus! - Aux RH (aussi - et à l'Armée aussi) on s'amuse... N°2















J’ai fait mon service militaire il y a longtemps dans les troupes aéroportées. Autrement dit, dans un régiment de parachutistes.

J’étais aspirant, autrement dit élève officier de réserve, sous-lieutenant quoi, et je commandais une section d’instruction FETTA (Formation Elémentaire Toutes Armes), autrement dit, j’étais chef d’une section qui entrainait les nouvelles recrues, les jeunes appelés du contingent.

J’ai plus appris sur les comportements humains et sur l’intelligence émotionnelle en un an de service militaire que dans tout le reste de ma vie.


Je me souviens, par exemple, du cas d’un jeune appelé à la fois très particulier et très commun. Il s’appelait Burger. Une grande gueule et un boute en train. Pendant toute la formation il l’ouvrait à la moindre occasion. Contestataire, déconneur, hâbleur, vantard, moqueur, il emportait l’adhésion et l’admiration de tous ses camarades de la section, car, en plus d’être beau gosse, il était, à l’entendre, prêt à tout faire tellement il était courageux et tellement il n’avait peur de rien.

Tout ce qu’il n’avait pas déjà fait. C’est-à-dire presque rien. 

Et il est vrai qu’il se débrouillait plutôt bien dans tous les exercices proposés par l’instruction car il était intelligent et comprenait vite et il était plutôt adroit et en bonne forme physique.

Mais il n’avait jamais sauté en parachute.


Et pendant l’instruction au saut, son comportement commença à changer. Je ne me rendis compte de rien, car j’étais encore trop jeune et trop inexpérimenté, mais il est vrai qu’il se fit plus discret.

Et quand vint le jour du premier saut, un beau matin du mois de Juillet, et que je dus composer le stick, puisque j’étais le plus gradé dans le Transall et donc chef d’avion, Bonneil, un de mes adjoints, un caporal-chef d’active à l’expérience et aux états de services aussi longs que la barrette de ses décorations glanées de l’Algérie au Tchad en passant par la Mauritanie, vint me voir et me dit :

 -       « Où vas-tu mettre Burger ? »

-       « Je ne sais pas, n’importe, pourquoi ? » 

-       « Non, pas n’importe… Places-le bien, sinon il va faire un refus de saut… » 

-       « Un refus de saut ? Burger ? Tu rigoles, il n’a pas peur, il a des couilles, tu vois bien comment il est… » 

-       « Oui, je ne le vois que trop bien et des comme lui j’en ai vu quelques-uns. Les grande-gueules sont les premières qui se dégonflent. Alors si tu veux qu’il saute sans refuser et sans même savoir ce qui lui arrive, mets-le juste derrière toi qui saute en premier en tant que chef de section et mets moi juste derrière lui. Quand il va te voir partir, il va s’avancer, puis hésiter, mais il n’aura pas le temps car je serai derrière et je saurai quoi faire. » 

-       « Tu crois ? »

-       « Je ne crois pas, je suis sûr »

-       « OK, chef, je fais confiance à ton expérience ».

Et je gommai ma composition de stick sur la feuille d’avion : moi numéro 1, Burger numéro 2 et cabot chef Bonneil numéro 3.


Ayant sauté le premier, il me fût bien sûr impossible de voir ce qui se passa derrière moi dans l’avion. Mais Bonneil me raconta. Dès que j’eus franchi la porte, effectivement Burger s’avança, hésita, puis se cabra, mais sans avoir le temps de faire un pas de côté car Bonneil, qui avait pris un peu d’élan derrière lui, lui rentra dedans et le poussa dehors, avec l’aide du largueur qu’il avait prévenu à l’avance, et notre Burger put ainsi faire son premier saut presque main dans la main avec son bienfaiteur.


Personne d’autre ne remarqua le manège et personne ne fit la moindre remarque à Burger sur son éventuel manque de courage.

Durant tout le reste de l’instruction au saut, il fut beaucoup plus calme, mesuré et bon camarade que d’habitude et il acheva tous les autres sauts jusqu’à son brevet, sans l’aide de quiconque et quelle que soit sa position dans l’avion.




Hervé Sabattier - November 2016



Pascal Derrien 🐝 10/11/2016 · #1

Bon moi je l ai pas fait le service mais il est fort a parier que j aurais plus m appeler Buger :-)

0